Monique Virelaude
Hommage à
Saint-John Perse

Du 26 avril au 8 juin 2019
Vernissage de l’exposition vendredi 26 avril à 18 h 30

Monique Virelaude (photo La Provence)

J’ai, à ce point été enveloppée, imprégnée même par le visage intérieur du monde, porté la poésie de Saint-John Perse que, comme un enfant, je n’ai pu le goûter qu’en créant un intervalle, et ce fut l’espace de la toile qui advint ; espace, dans lequel la force de frappe des phrases fait depuis, sans cesse irruption.
Certaines, venues du fond, du plus profond, demeurent en suspens jusqu’à ce que la tache du pinceau ou la couche épaisse colorée leur convienne et qu’elles consentent à y déposer leur nouvelle forme: d’où l’intemporalité dans laquelle s’inscrit ma créativité.
D’autres, plus vives, suivent la fulgurance du trait et continuent à traverser l’espace. Cela, jusqu’à ce que, face à la phrase murmurée à l’oreille interne, les espaces picturaux noircis, blanchis ou grisés, rosés cherchant les articulations, entre vide et plein trouvent le lien avec le mouvement in-visible de la phrase. Le trait épais ou ténu et la couleur légère ou épaisse ont la charge de « mouvoir » la phrase jusqu’à la porter du fond à la surface, comme un évènement inattendu, tel le réel poétique qui saisit.

Monique Virelaude