Le pacte Briand-Kellogg

Le Pacte Briand-Kellogg, ou Pacte de Paris, a été signé à Paris le 27 août 1928 par soixante-trois pays, Allemagne comprise, qui tous  « condamnent le recours à la guerre pour le règlement des différends internationaux et y renoncent en tant qu’instrument de politique nationale dans leurs relations mutuelles ». L’initiative en revient à Aristide Briand, ministre des affaires étrangères français et Frank Kellogg, secrétaire d’État américain. Il entra en vigueur le 24 juillet 1929. Kellogg reçoit pour cela le Prix Nobel de la Paix en décembre 29 (Briand l’avait déjà reçu, pour le Pacte de Locarno, en 1926).

Depuis le Pacte de Locarno, les relations internationales étaient apaisées. Si le pacte est accueilli dans l’enthousiasme aux États-Unis, il suscite plus de réserves en Europe. Sa portée est en effet limitée, il met certes la guerre hors-la-loi mais aucune sanction n’est prévue en cas d’infraction, seule une réprobation internationale est envisagée. Le Memorandum Briand-Leger de 1930 voudra fonder la sécurité en Europe sur d’autres bases.