Saint-John Perse,
témoignages d’artistes

Du 22 juin au 10 novembre 2018

Dans une lettre de Chine adressée à sa mère en avril 1917, Saint-John Perse assure se passer de tout, « (excepté [de] la musique et la mer) et en particulier de tout l’art plastique ». Il récidive en 1962 dans une lettre à Jean Paulhan : « Vous savez que je n’entends rien à la peinture, qui n’a jamais eu pour moi beaucoup d’attrait ». Et pourtant son œuvre a suscité l’enthousiasme de nombreux artistes plasticiens, de son vivant et après sa mort. Ce sont quelques uns de ces « témoignages » que nous souhaitons présenter au mois de juin. Livres d’artistes, portraits, toiles, photographies autant d’hommages qui constituent une partie du fonds de la Fondation Saint-John Perse. Bien sûr Georges Braque mais aussi André Marchand, Robert Petit-Lorraine, Antoni Clavé, Claude Garanjoud et bien d’autres artistes qui aujourd’hui continuent d’accompagner son œuvre.