Vers une lecture ouverte de L’Ordre des oiseaux